Mes vacances de la glande aux Issambres

mes-vacances-de-la-glande

Se reposer, flemmarder, paresser, fainéanter, se la couler douce ou la délicieuse réalité de mon récent séjour dans le Sud. D’où le titre de ce billet “Mes vacances de la glande aux Issambres”. Et là direct tu te questionnes : “c’est où les Issambres”? Réponse : au bord de l’eau, à 15 kms de St Raphaël (St Raph pour les intimes) dans le Var, département français comptant 300 jours d’ensoleillement par an. Sache qu’à mes yeux, cette information relève de la plus haute importance. J’ai encore des trémolos dans la voix au souvenir de la Toussaint précédente où le soleil nous avait fait l’honneur de sa présence durant cinq minutes. Cinq petites minutes en l’espace de sept jours, c’est peu tu me l’accordes.

Autant te dire que j’ai tout donné cette année sur la destination mais c’est loin les Issambres, enfin de Paris quoi. Pour rentabiliser le trajet, le bon sens aurait voulu que je déambule à travers des routes escarpées, visite des musées, collectionne des coquillages, prenne des cours de voile, que sais-je encore ? En tout état de cause, je n’ai pas excédé le kilomètre de marche à pied dans un cadre des plus agréable comme peuvent en témoigner les images ci-dessous.

mes-vacances-de-la-glande

mes-vacances-de-la-glande

 

Y’a pire non ? Pas une totale surprise non plus car j’avais choisi ce lieu pour son cadre idyllique (selon mes critères hein). Ouais parce qu’il faut bien reconnaître que Paris n’est pas méga transcendant en ce moment, sauf pour visiter la Tour Eiffel. Je voulais la mer, j’ai eu la mer. Je voulais du soleil, j’ai eu le soleil. Je voulais la paresse, j’ai eu la paresse. Fin de la citation. Nous logions dans l’une des maisonnettes ci-dessous situées à l’arrière de l’hôtel Vacanciel-Miléade Les Issambres. Pas de vue sur mer mais un panorama de collines dont j’ai raffolé. On était pas mal je dois dire. Et c’est ici que mes vacances de la glande ont débuté.

 

Activités durant mes vacances de la glande

Avant toute chose, je me dois de t’expliquer comment mon séjour farniente a été rendu possible. L’hôtel-club des Issambres propose des animations chaque jour aux enfants. Et même qu’ils peuvent déjeuner avec les animateurs le midi, si si. Côté tempo, l’adaptation a rapide, simple et efficace. Côté planning, j’ai opté pour le style épuré. Matin : plage, transat, liseuse, smartphone pendant que Louloutte était au club enfants. Midi : déjeuner au resto en famille. Après-midi : plage, transat, liseuse, smartphone pendant que Louloutte était au club enfants. Oups, comme l’impression de me répéter^^. Suivi du goûter à la piscine en famille puis admiration de l’enfant prodige s’amusant comme un dingue dans une eau chauffée à 29 degrés.

mes-vacances-de-la-glande

mes-vacances-de-la-glande

mes-vacances-de-la-glande

mes-vacances-de-la-glande

 

Point lecture

Tu l’auras compris, j’ai passé l’essentiel de mes vacances à bouquiner, chose qui ne m’était plus arrivée depuis une éternité #Viedemaman. Je t’offre un tour d’horizon de mes diverses lectures.

– Le premier roman de Virginie Grimaldi, “Le premier jour du reste de ma vie”. Je venais de terminer avec plaisir son dernier ouvrage alors que je n’avais encore jamais lu cette auteure. Verdict : rien de transcendant mais ça se lit bien.

“Petit Pays” de Gaël Faye. Un roman récemment adapté au cinéma ayant remporté le Prix Goncourt des Lycéens en 2016. Agée de 14 ans lors du génocide rwandais, j’en ai gardé un souvenir vivace aux contours incertains. Ce roman m’a replongé au cœur de l’horreur humaine. Je te le recommande.

“Quitter le monde” de Douglas Kennedy. Un roman de 2009 dont j’ignore comment il a échappé à mes écrans de contrôle. Du 100% Kennedy, loin d’être sa meilleure réalisation mais j’ai aimé le lire.

“L’art de perdre” d’Alice Zeniter (en réalité, j’ai terminé celui-ci à Paris). Egalement Prix Goncourt des Lycéens, je comprends qu’il ait été salué par la critique. C’est un vrai coup de cœur qui m’a été suggéré sur Instagram. A mon tour, je te conseille ce roman qui traite du déracinement, des harkis, du devoir de mémoire, de la transmission mais aussi de l’oubli.

 

Bilan de mon séjour farniente

Physiquement, l’ensoleillement quotidien m’a permis de bronzer en octobre tout comme Louloutte dont le corps affiche fièrement ses traces de son maillot^. Niveau charge mental, j’ai atteint mon plus bas niveau depuis la naissance de ma fille. Dédier ses vacances à la glande est un luxe parental dont j’ai apprécié chaque parcelle. Et toi, t’as déjà essayé ?

 

 

12 Replies to “Mes vacances de la glande aux Issambres”

  1. Ça me fait teeellement rêver!!!

    1. Je te souhaite de vivre ce rêve très bientôt !!

  2. Après avoir lu ton/votre article sur tes (oui” tes”allez ne chipotons pas!) Vacances d’été dans un endroit avec ateliers pour les enfants, j’avais trouvé l’idée assez tentante. Là ça y est, avec cet article, je suis conquise!
    Mais sinon ta fille était contente? J’avoue que les miennes traînent déjà des pieds pour aller au centre aéré donc je culpabilise un peu..

    1. Ma fille adooooore aller au centre de loisirs les mercredis et durant les vacances, elle s’y amuse beaucoup 😊. Et au club, elle a eu un gros coup de cœur pour l’animatrice Alexandra au point qu’elle m’ait demandé un jour : « Maman, est-ce que demain je pourrais manger avec Alexandra? ». Limite elle se fichait d’être avec les autres enfants 😆

  3. Mais dis-moi, ne serait-ce pas la définition des vacances parfaites??? J’ai eu le sourire en te lisant tout du long! Ma meilleure amie m’a parlé de Gaël Faye, tu me donnes envie du coup!

    1. Si si c’est bien la bonne définition, celle que j’avais oubliée jusqu’au nom !
      Tu me diras ce que tu as pensé de « Petit pays » à l’occaz. A moi il a rallumé les lanternes.

  4. Ah, mais quelles vacances parfaites ! PAR-FAI-TES !!! la définition même du bonheur !
    Grimaldi ne m’a jamais tenté. J’ ai feuilleté, mais rien dans le style ne me retient. En revanche, Petit Pays est un remarquable roman, très fort, puissant, qui met en lumière la tragédie rwandaise. Bonne réacclimatation à Paris 😉 (et son doux climat gris et brouillardeux) (pourquoi reste-t’on à Paris, je te le demande)

    1. Parce qu’on est jeunes et cons, parce qu’ils sont vieux et fous (à adapter 😉).
      Si tu ne l’as pas encore lu, je te conseille vivement « L’art de perdre » !

  5. J’avoue que c’est pas le genre de vacances qui me fait rêver. J’aime trop bouger. Mais je reconnais qu’avoir autant de temps pour lire ou toute autre activité personnelle, ça c’est vraiment chouette.

    1. Je pense que j’en reviendrais de ce type de vacances, c’est même sûr. Demain est un autre jour comme on dit 😉.

  6. Génial ces vacances, l’endroit a l’air parfait

    1. C’était super surtout à cette période de l’année 🙂

Laisser un commentaire