Les meilleures phrases des recruteurs (pour un stage)

meilleures-phrases-des-recruteurs

Je vous ai récemment parlé de l’ascenseur émotionnel qu’avait été ma reconversion professionnelle. De là, j’ai extrait un brouillon vieux de 16 mois sur lequel j’avais glissé les meilleures phrases des recruteurs prononcées à l’encontre de mon auguste personne, pour le jour où… Le jour où j’aurais envie de vous faire sourire en partageant quelques brèves de mon vécu. Alors voilà, je me lance ! Peut-être certains trouveront ce billet inapproprié en cette période de confinement où les emplois sont gravement mis en danger, et peut-être que d’autres le prendront tel qu’il est : sans fioriture, authentique avec juste la prétention de diversifier les sujets d’actualité^.

Mais avant tout, je me dois de vous dresser le tableau. Ma formation d’une durée totale de 8 mois se décomposait d’une partie théorique de 4 mois (autrement dit des cours) suivie d’une partie pratique de 4 mois, appelée communément “stage”. Ces fameux stages qu’il convient d’apposer sur son CV à défaut d’avoir une première expérience professionnelle réussie, ceux-là même qui justifieront un salaire moindre parce vous comprenez, “on n’a pas le temps de faire ses preuves en quelques semaines“. Il n’empêche que les stagiaires sont une main d’oeuvre très demandée par les entreprises…

 

Mais qu’est-ce qu’un stagiaire ?

Après quelques recherches sur le net, voici les éléments que j’ai trouvés :

– Selon les éditions Tissot : Le stagiaire est un observateur de la vie en entreprise placé pour compléter une formation théorique effectuée à l’école ou à l’université par une expérience pratique en entreprise.

– Selon le site du gouvernement : Le stagiaire n’est pas lié par un contrat de travail à l’entreprise qui l’accueille et n’a pas le statut de salarié. Son passage en entreprise n’a qu’un but pédagogique et de formation : même s’il peut être tenu d’exécuter des tâches à caractère professionnel, il est dans l’entreprise pour apprendre et/ou observer et n’a donc pas d’obligation de production comme les salariés. Aucune convention de stage ne peut ainsi être conclue pour exécuter une tâche régulière correspondant à un poste de travail permanent, pour faire face à un accroissement temporaire de l’activité de l’entreprise (ou de l’organisme) d’accueil, pour occuper un emploi saisonnier ou pour remplacer un salarié ou un agent en cas d’absence ou de suspension de son contrat de travail.

 

Versus la réalité :

 

A travers de mes années d’expérience en tant que salariée, j’en ai vu passer des stagiaires. Par dizaines. Et la perception qu’en avait les employeurs et collaborateurs étaient somme toute un poil différente des définitions légales. Il est donc de mon devoir de vous donner les divers synonymes du nom “stagiaire”. On retrouve ainsi les noms ou expressions suivants : employé, esclave, préparateur de café, réparateur de photocopieur, archiviste, groom, standardiste mais aussi lèche-bottes, mouton, sert à rien, comprend rien,… la liste est longue, aussi vais-je m’arrêter là. De rien.

Et puis revenons à nos moutons que diable. Ma promo (j’adore ce terme qui sonne si élitiste^), autrement dit mes compagnons de formation et moi-même devions trouver nous-mêmes notre stage. Sans entrer dans les détails et pour résumer, il y avait des stages gratuits pour l’entreprise accueillante et des payants (bien que la durée du stage était la même pour tous). Je précise pour ceux qui l’ignorent, que la loi oblige les entreprises à payer les stages de plus de deux mois, alors qu’ils sont gratuits si leur durée est inférieure à cette période. Cela vous donnera une petite idée du nombre de stagiaires de moins de 2 mois dans les entreprises… Y’a pas de petit profit comme on dit.

 

Les meilleures phrases des recruteurs

Comme je vous disais plus haut, il existait deux types de stage : les payants et les gratuits. Le mien étant gratuit, je savais que ma recherche de stage ne serait qu’une formalité. Rétrospectivement, j’aurais pu renommer cette étape “L’art de séduction des recruteurs”. Ou pas. Et oui, n’est pas recruteur qui veut. Le recrutement est un métier mesdames, messieurs qu’on se le dise et croyez-moi que l’imposture se repère vite. Je vous présente en quelques lignes les situations parfois un poil surréalistes que j’ai vécues et surtout les meilleures phrases des recruteurs entendues.

 

  • Le recruteur “Flash Gordon”

(Par téléphone)

Elle : Pouvez-vous me dire ce que vous faites dans la vie ?

Moi (un peu surprise par la question) : Et bien, comme je l’ai indiqué sur mon CV…

Elle : (blanc)… Euh bah en fait, je n’ai pas votre CV. C’est mon responsable qui m’a dit de tout de suite vous appeler quand il a vu l’annonce.

Note : J’aurais dû jouer le jeu en lui racontant que j’étais pâtissière et que mon objectif était de voir combien de kilos je pouvais faire prendre à ses collaborateurs en 4 mois^^.

 

  • Le recruteur gougeât

(Par téléphone)

Lui : Sans indiscrétion, vous avez reçu combien d’appels déjà ?

Moi : Vous êtes mon 5ème contact en quelques heures.

Lui : Ça ne m’étonne pas comme vous êtes gratuite (et ben merci quand même).

Note à moi-même : Avoir conscience de sa valeur, avoir conscience.

 

  • Le recruteur qui ne doute de rien (ou qui fait rêver)

(Par téléphone)

Lui : On est d’accord, on parle bien d’un stage ?

Moi : Oui

Lui : Gratuit ?

Moi : Tout à fait.

Lui (au bout de 2 minutes) : Ok alors, je cherche quelqu’un d’engagé, motivé, avec le goût du challenge car c’est une grosse mission et j’ai besoin de quelqu’un sur qui compter.

Note : Quand on peut rendre service…

 

  • Le recruteur débordé

(Par mail)

Lui : Bonjour, j’ai vu votre CV. Auriez-vous une possibilité pour un entretien téléphonique soit demain entre 12h et 14h, soit ce WE ?

Moi (dans ma tête) : C’est à dire que j’ai piscine le WE…

Note : Avec une pareille disponibilité, cela donne une image assez nette des contours du stage.

 

  • Le commercial enflammé, pardon je voulais dire recruteur

(En face à face)

Lui (après s’être salués et s’être installés) : Cécilia, j’ai vu votre CV et ce que je veux, c’est vous embaucher en CDI à l’issue de ce stage.

Moi : (…) Oui, c’est tout à fait envisageable en effet.

Lui : Quelles sont vos prétentions salariales ?

Moi : …K€

Lui (notant l’information sur son calepin) : OK, ça me va.

Petite précision : l’entretien n’avait pas encore commencé…

Note : Le recrutement d’un stagiaire, c’est comme le 100 mètres, faut tout donner d’emblée.

 

Ah les stagiaires gratuits, qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour les avoir hein. J’espère que vous aurez apprécié cet échantillonnage des meilleures phrases des recruteurs. Encore une fois, c’est de l’authentique dont je me remémore chaque moment avec d’autant plus de facilité que j’avais noté ces phrases, précisément pour en garder une trace. Et si je n’ai pas rédigé ce billet dans la foulée, c’est parce que je pensais à l’époque que j’aurais d’autres anecdotes croustillantes à partager. Hélas, il n’en fut rien. Aucun RH ou recruteur croisé par la suite n’a commis d’impair (oui je sais, c’est triste), sauf une ! Alors je vous l’offre, c’est cadeau^. En réponse à ma candidature pour un job en CDI (ou CDD je ne me souviens plus), voici la réponse qui m’a été envoyée. Je vous laisser savourer le contenu du mail^ :

“Pourriez-vous me dire dans un premier temps si vous êtes, à date, libre de tous engagements ? Et, par ailleurs, me donner votre âge car je ne crois pas qu’il figure sur votre CV ,)”.

Note : on apprécie le smiley censé faire passer la question hors la loi pour une petite phrase anodine.

 

Immanquablement, vous avez dû avoir aussi votre lot de perles en terme de recrutement, non ? Je suis sûre qu’en les compilant, on pourrait en faire un livre. Cela vous dit de débuter le recensement en commentaire ?^

meilleures-phrases-des-recruteurs

2 Replies to “Les meilleures phrases des recruteurs (pour un stage)”

  1. Je ne connais pas ce aspect là dans mon métier, on est d’ailleurs hyper nul pour se vendre dans le secteur du soin

    1. Cela peut se comprendre, en tout cas dans l’hôpital public où beaucoup y font toute leur carrière 😉

Les commentaires font vivre ce blog, merci de votre contribution !