Le jour où j’ai renvoyé ma nounou

ai-renvoye-ma-nounou

Il y a des jours où rien ne va. Ni dans la tête, ni dans le corps. Il y a des jours où les émotions se contrôlent difficilement voire même pas du tout. Alors lorsque je l'ai entendu lui parler ainsi, les yeux m'en sont sortis des orbites et mon sang n'a fait qu'un tour. Comment osait-elle s'exprimer ainsi ? Sur ce ton dictatorial ? "Fais-ci", "Je veux ça". Ce n'est pas sous cet angle que je conçois mes relations avec autrui. Il est donc hors de question que les rapports entre ma nounou et Louloutte soient ainsi. Et puis, ce n'est pas la première fois que je perçois cette agressivité. Quelques indices m'avaient déjà mis la puce à l'oreille. J'aurais sûrement dû m'y attarder mais le manque de temps m'a fait fermer les yeux. Ne dit-on pas qu'il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ? Mea culpa.

J'ai renvoyé ma nounou chez elle

Pour mettre un terme immédiat à ce comportement, j'ai renvoyé ma nounou chez elle. Ce soir-là. Non sans l'avoir assurée qu'elle serait payée dans son intégralité, naturellement. Parce que je n'allais tout de même pas la laisser se faire maltraiter par une petite fille de 3 ans 1/2 ? Car oui, le Pol Pot dont je vous parle, c'est ma fille. C'est elle que j'ai voulu punir en congédiant sa nounou.

Quelle maman serais-je pour ne pas intervenir ? Et quel message lui enverrais-je si je ne sanctionnais pas son comportement ? Ce soir-là, elle a connu la punition suprême de voir partir sa nounou avec laquelle elle aime jouer. Celle qui prend le temps de lui faire de jolies coiffures, celle qui s'occupe d'elle tous les soirs depuis la rentrée. Elle a hurlé, pesté et crié qu'elle voulait qu'elle revienne mais je me suis montrée ferme. Point de retour. Ni de la nounou, ni de ma position.

Ce faisant, j'ai souhaité qu'elle prenne acte de ses choix. Puisqu'elle refusait d'obéir, décrétant au passage qu'elle ne voulait pas prendre sa douche avec sa nounou, et bien j'ai accédé à sa requête. Ce soir-là. Louloutte était probablement fatiguée. Soit, je l'entends. Mais si elle ne s'était pas obstinée la veille à faire la fête dans son lit pendant plus de 2h30, elle aurait dormi davantage. Sa fatigue n'était donc pas de mon fait, mais du sien. Elle se déclare grande. Très bien. Dans ce cas, elle est en mesure de saisir les tenants et aboutissements de son comportement. La menacer ne sert à rien, c'est une tête brûlée. Alors pas de menace mais des actes. En espérant qu'ils la feront réfléchir à l'avenir.

Et vous, avez-vous déjà connu une situation similaire ?

PS : Je vous rassure, ma nounou a repris du service depuis^

ai-renvoye-ma-nounou

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

23 Replies to “Le jour où j’ai renvoyé ma nounou”

  1. Bien joué j’ai bien cru que le souci venait de ta nounou ! J’espère que ça aidera ta fille à comprendre qu’elle a atteint des limites. Souvent les enfants fonctionnent par phases, et des fois un déclic peut les aider à passer un cap. J’espère que ce sera le cas!

    1. J’espère aussi car je t’avoue qu’elle est particulièrement difficile en ce moment !

      1. Bien tourné cet article ! Ma fille de 9 mois commence à nous faire des colères et des caprices, elle ne veut que son papa… Dur dur !!

        1. Courage à toi, je sais à quel point c’est difficile de voir nos bouts de chou s’affirmer !

  2. Haha ! J’y ai cru ! Bien joué 😉

  3. Je me suis fait avoir comme une bleue !
    Bon cela dit, j’espère que ce ne sera qu’un cas isolé et que ça aura permis à ta louloute de comprendre qu’elle avait dépassé “les bornes des limites” !

    1. J’espère vraiment que l’exécution des menaces portera ses fruits. Sinon, je vais finir par me pendre^^

  4. Tu m’épates!
    Une belle leçon pour ta puce. Le respect avant tout, le respect, c’est mon cheval de bataille à moi aussi!
    Bises Cécilia.

    1. Merci Marie^ Comme je te rejoins sur cette notion de respect !
      Plein de bises à toi et à bientôt !

  5. Je trouve que tu as bien fait. C’est parfois difficile de trouver ce fameux levier qui permette à un enfant “d’assumer les conséquences de ses actes”.

    1. Je trouve ce fameux levier particulièrement difficile à trouver tant les enfants sont tellement différents des uns des autres. Merci pour ton message 🙂

  6. Comme beaucoup, j’ai cru que la nounou avait fait un acte de maltraitance ! Je suis tombée dans le panneau 😉
    Line de https://la-parenthese-psy.com/

    1. Cela aurait pu car je sais que cela existe malheureusement mais dans mon cas, le Pol Pot mesure seulement 1 mètre^^

  7. hihi beau contournement :p

  8. J’ai un tiran à la maison donc je comprends ta réaction, non mais oh c’est qui qui commande ???

    1. A cette question, ma fille te répondrait : « moi » ! 😆

  9. Super ta réaction ! Le mien aussi peut être très doux puis piqué des crises : je n’y comprends rien…

    1. Merci Emy ☺️. J’avoue que parfois aussi, c’est à n’y rien comprendre !

  10. Merci pour cette belle leçon !
    Je me permets de partager cet article

    1. Merci pour ton partage surtout !

  11. C’est en lisant les commentaires que j’ai compris ! 🙂
    Heureusement du coup, puis tout est bien qui finit bien.
    J’ai eu le cas avec ma tante, elle venait les garder pendant les vacances, j’entendais qu’elle était sèche, elle ne s’occupait pas d’eux, elle les rabaissait, mais je ne disais rien, j’avais besoin de quelqu’un pour les garder. Jusqu’au jour ou j’ai coupé les ponts avec elle, lui disant qu’il était hors de question qu’elle traite mes enfants comme ça et que par la même occasion elle me perdait aussi, depuis, ils vont en garderies au besoin.

Laisser un commentaire