La petite boule au creux du bide

la-petite-boule-au-creux-du-bide

La petite boule au creux du bide, cette sensation que je ne connaissais pas jusqu'à ce jour. Ce jour où j'ai réalisé que je ne LA verrais pas pendant quelque temps. Je ne suis pas habituée, cette sensation m'est étrangère. Je lis régulièrement sur les blogs et réseaux sociaux ce terme : "ambivalence des sentiments". En mon fort intérieur, je commente toujours ainsi : "Chanceuse va, moi j'ambivale que dalle". Pas concernée par la question, je m'en détourne.

Et puis la petite boule au creux du bide a labouré mes entrailles. Progressivement, comme les premières lueurs du soleil traversant l'épaisseur des rideaux. D'abord lorsque le trousseau est apparu. Puis la nuit lorsque la petite boule au creux du bide m'a réveillée. Du bruit. Quel bruit ? Imagination certainement. Une angoisse. Mais pourquoi voyons ? Elle se plaint. Pourvu qu'elle n'ait rien. Un problème, vite une solution. Ouf, j'ai trouvé, je peux à présent me rendormir. Mais non, le sommeil ne revient pas, la petite boule au creux du bide, si. Tapissée dans l'ombre, elle se joue de moi, je le sens.

Puis vint le départ. Les dernières consignes, les ultimes recommandations, les derniers bisous, les derniers au revoirs par la fenêtre, et toujours cette petite boule au creux du bide. Une heure plus tard, l'appel qui soulage : rien ne viendra contrarier ses moments à elle. Je dormirai mieux ce soir, c'est sûr. En attendant, il y a ce trajet qui m'inquiète. Et s'il y avait un problème ? Je ne serais pas là, je manquerais à l'appel. Mauvaise mère va. Heureusement, le SMS reçu allège les pensées encombrées. Tout s'est bien passé. La journée se poursuit.

Pas de regard sur la montre, ce soir je suis libre. Mais la petite boule au creux du bide refait des siennes. Que vais-je trouver en rentrant ? Le calme ou le vide ? La tranquillité ou l'ennui ? Quelle étrange sensation que cette télé aux programmes inconnus. Je cherche Mickey et Minnie. Ils sont absents du tube cathodique. Normal. Déconcertantes que ces premières 24 heures sans ma fille...

Voilà, ma Louloutte est partie quatre jours en vacances avec son papa et ses papy-mamie. Quatre jours qu'il me tardait de voir arriver car je la sentais fatiguée. Je savais que cette relâche lui ferait du bien. Alors que je lui avais promis la piscine, cette soudaine douleur à l'oreille la veille du départ m'a angoissée. Je redoutais tant que l'accès au grand bain lui soit refusé à cause d'une otite. On dit que la nuit porte conseil, alors ce bouchon d'oreille auquel j'ai songé à 4h du matin aurait probablement sauvé ses vacances. Mais le diagnostic du médecin avant le départ m'a ôté un poids : point d'otite, à elle les ploufs dans l'eau. Et ce trajet qui m'a tourmentée. Pourquoi celui-ci et pas un autre ? Je l'ignore.

Pour la première fois de ma vie de maman, je me suis sentie déstabilisée, bousculée, partagée. Pour la première fois, j'ai vécu la petite boule au creux du bide et le cœur au bord du vide.

petite-boule-au-creux-du-bide

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

24 Replies to “La petite boule au creux du bide”

  1. Ça n’a réellement pas dû être facile pour toi… Faire l’expérience de cette boule au ventre et de cette fameuse “ambivalence de sentiments”.
    J’imagine que les retrouvailles ont fait du bien… <3

    1. Les premières 24 heures ont été ambiguës mais une fois rassurée, je me suis sentie soulagée. Et je te confirme que les retrouvailles ont été chaleureuses !

  2. Cette petite boule, je l’ai eu aussi à chaque fois qu’un de mes enfants est parti quelque part sans moi, que ça soit avec le papa, la crèche ou l’école. Je crois qu’on la garde toujours un peu, même quand ils grandissent.
    Profite bien de tes quatre jours de calme en attendant de belles retrouvailles !

    1. Les retrouvailles ont eu lieu vendredi soir ! Une soirée rien que toutes les deux, c’était chouette^^

  3. Je n’ai pas connu cette petite boule du départ mais je sais – je sens, que lorsqu’il partira quelques jours en voyage scolaire par exemple, elle viendra me titiller et me fera garder les yeux ouverts. Ta Louloute profite, fais-en autant 🙂

    1. Oui c’est bizarre comma la distance génère des angoisses alors que des problèmes peuvent aussi survenir en étant à proximité.
      Ma Louloutte est rentrée vendredi et si ça peut te rassurer, on en profité autant l’une que l’autre 😉

  4. C’est vrai que même si mes deux derniers asticots me mettent parfois les nerfs en pelote, ils me manquent terriblement. Je ne me suis encore jamais séparée de Lapin pour l’envoyer en vacances. Et je ne suis pas pressée. Il faut dire aussi que pour le moment, il est tellement survitaminé que je pense les grands-parents incapables de résister plus de 24 heures 🙂
    La boule au ventre, le concernant, n’est pas pour tout de suite !

    1. Je vois bien ce que tu veux dire quand tu parles d’enfant survitaminé lol J’ai la même à la maison^

  5. J espère que les retrouvailles furent savoureuses. 😊 Drôle de sensation cette petite boule, que j ai aussi à chaque trajet lorsque mes enfants font une heure de route pour aller chez leurs grands-parents. Ce trajet sans eux m’angoisse toujours. Le SMS “bien arrivés” me soulage aussi. Je suis pas prête pour la colo 😁

    1. Finalement, ce sont des craintes assez rationnelles je trouve quand on a conscience des dangers de la route. Et encore plus pour les trajets en car, là c’est carrément la grosse flippe !

  6. Cette ambivalence que je connais (trop) bien… Je suis la première à rétorquer de profiter lorsque quelqu’un m’annonce un week-end ou des vacances sans enfant… mais je suis aussi la première à me lamenter quand Cracotte passe une nuit chez ses grands-parents… Alors pour des vacances…

    1. L’habitude n’a donc pas raison de la boule au ventre…

  7. Je la connais bien celle-là 😉 Et heureusement pour moi (ou pas), on ne les laisse quasiment jamais plus d’une nuit – et oui, pas de famille pour garder les enfants, ça a le seul avantage de limiter la présence de cette fameuse petite boule ! Ce qui ne l’empêche pas d’être là de temps en temps quand même… Je crois qu’il faut s’y faire, visiblement ça fait partie du métier de parent 😉

    1. Je te rassure, on est dans la même situation avec personne pour garder notre fille. A dire vrai, mon mari dit même qu’il n’a pas eu la charge d’UN enfant pendant ces vacances mais de trois ! Tu visualises le tableau^^ (En toute objectivité, je crois qu’il mérite sa place au Panthéon…).
      Bref, c’est peut-être le manque d’habitude qui nous fait angoisser un peu plus que les autres.

  8. Je ne la ressens que très très rarement, cette ambivalence. Quand je suis sans enfants, je profite sans aucune arrière-pensée. Mais je comprends parfaitement tes ressentis.

    1. Je te rassure, cette ambivalence n’a duré que 24h car après j’ai profité à fond du reste de la semaine (enfin j’ai dormi et rien fait quoi^^).

  9. On a rarement laissé Tess plus d’une nuit mais lorsque ça arrive, cette boule au ventre est bien présente. Faire confiance, se raccrocher à ces petits moments seule qui font du bien… Ça va être long et court à la fois! Mais je suis sûre qu’elle adorera tout te raconter à son retour 🙂

    1. Elle est déjà rentrée 😉 Et elle piaffait d’impatience !

  10. Les première séparations peuvent être vraiment dure c’est sur. Perso, ça a vraiment commencé à devenir coton lorsque les grands ont atteint les 2 ans. Pour mon dernier je ne peux pas dire, nous n’avons jamais été séparés 😉 . Je le trouve encore trop jeune à 18 mois.

    1. Je me dis que plus on commence tôt, plus c’est simple à la fois pour l’enfant, et pour les parents. Mais quand on n’a pas le choix, on commence quand on peut 😉

  11. Hello, ma fille va faire 9 mois (demain!), et je n’ai jamais eu l’occasion de la laisser à quelqu’un d’autre pour la journée et encore moins la nuit… mais j’appréhende déjà, je sais que je vais devoir la faire garder pour laisser respirer un peu notre couple et se retrouver. J’espère pouvoir profiter et lâcher prise totalement… Je te dirai 😉

    1. Hello, tu peux commencer par un après-midi, puis une journée histoire d’y aller progressivement 🙂

  12. l’ambivalence maternelle

    1. Dans mon cas, c’était plus de l’angoisse AVANT que après 😉

Laisser un commentaire