Le jour où j’ai fait de la figuration pour un clip vidéo

figuration-pour-un-clip-video

Je tiens tout d’abord à remercier ma famille et mes proches qui m’ont toujours soutenue. Egalement Jean-Rémy Godeau d’avoir pensé à moi pour ce rôle dont je n’imaginais pas à quel point il changerait ma vie. Ce César, je le dédis à ma fille qui me regarde en ce moment derrière le poste de télé : “Ma chérie, il est l’heure d’aller te coucher, tu as école demain”. Et maman sortir brusquement de son rêve. Adieu gloire, célébrité et richesse car tu sais quoi, ma figuration pour un clip vidéo ne me recouvrira pas de paillettes, ni ne transformera mes pâtes en caviar. Bad reality. Alors à défaut de t’offrir le champagne, je peux bien partager avec toi ma petite expérience de figurante, et te présenter l’envers du décor. Ça te dit ? Allez viens je t’emmène, derrière le miroir de l’autre côté…

 

Se faire enrôler dans l’aventure

Tu crois que j’ai passé un casting pour ce rôle ? Of course que non. Mais alors quelle est la recette pour flirter avec la caméra (hormis le talent naturellement) ? Et bien tu places dans un shaker Roland-Garros, l’entreprise pour laquelle tu bosses (indice : fournisseur officiel d’électricité verte du tournoi), tu ajoutes la proposition de tes collègues de tourner ensemble (ça se refuse pas), tu secoues bien et tu obtiens le rôle de ta vie. Oui enfin tu m’as compris.

Passé la difficile épreuve du casting, tu balances sans honte ta taille de fringues (bah ouais ce sera ballot de craquer les coutures de la jupette en faisant croire que tu rentres encore dans le petit 36 de tes 18 ans). Ensuite, tu envoies une photo de ta pomme à la maquilleuse, histoire qu’elle prenne bien la mesure des merveilles à accomplir. Et si d’aventure elle te demande de venir plus tôt que les autres, je te laisse deviner pourquoi…

 

Préparation de la figuration dans un clip vidéo

Endosser le rôle de figurant c’est ne pas avoir de texte à apprendre, autrement dit mode feignasse activé. En revanche, on va te demander d’être hyper attentif et synchro dans ta choré. Pour ne rien te cacher des coulisses, nous avons passé trois heures la veille à répéter la choré, celle-là même qui passe trois secondes à l’écran. Véridique. Honnêtement, je ne pensais pas que cela nous prendrait autant de temps. Tu pars sur un mouvement, tu le répètes pendant trente minutes pour finalement le switcher avec un autre, lequel ne sera évidemment pas le choix final. Pour le reste, c’est plutôt pépouze. Je me suis laissée guider par les pros et je crois avoir bien fait… Non parce qu’on est passés à deux doigts du drame costumier le jour J. Croyant bien faire, j’avais eu quelques jours plus tôt l’idée lumineuse de laver ma jolie marinière. Bowdel mais qui peut me dire une bonne fois pour toutes avec quoi ça se lave une marinière. Avec la couleur ou le blanc ? Sérieux, je sais jamais et me fais avoir à chaque fois. Je colle ça avec la couleur et bim, je flingue la sape. Je me fatigue. Bref, l’équipe du tournage a frôlé la PLS en découvrant la veille ma marinière légèrement rosée (note : j’avais ajouté la jupe rouge à ma tournée de lessive, no comment). Voilà, voilà.

La choré de trois secondes a été pliée en trois heures, on était un peu fatigués mais on s’est bien marrés.

 

La figuration pour un clip vidéo, ça se passe comment ?

Arrivée le lendemain à 8h30 à Roland-Garros, on démarre direct par l’enfilage des tenues. Et même qu’une marinière toute neuve m’attend (merci Aurélie^). De mémoire, on passe chacun une vingtaine de minutes entre les mains de la maquilleuse. Moi qui me farde peu, je trouve hyper agréable de me faire pomponner. En revanche, je me caille en jupette. Ce jour là, la météo n’en fait qu’à sa tête et nous offre toute l’étendue de sa palette. De la grisaille au ciel bleu, du vent à la pluie, en passant par un soleil éclatant, tout y est et crois-moi que cela n’arrange pas nos affaires. Tu te demandes sans doute pourquoi. Explications : on tourne plusieurs scènes qui partent ensuite au montage afin de créer le clip. Autrement dit, le grand défi de la journée est d’avoir un ciel identique à chaque scène sinon c’est pas raccord. Une contrainte qui nous fait perdre un temps fou. Je comprends mieux aujourd’hui pourquoi la plupart des scènes de films sont réalisées en intérieur. Tourner en extérieur est une galère sans nom, vraiment.

On rejoue les scènes plusieurs fois, on attend entre chaque prise que la réalisatrice nous dise stop ou encore. Tout doit coller : les sourires, les mouvements, l’arrière-plan, le son, l’image, les ombres. Des gens passent dans le champ, on recommence. Un avion vole au-dessus de nos têtes, on recommence. Un chariot roulant à dix mètres fait un boucan d’enfer, on recommence. On garde le sourire, la concentration et surtout on se tient prêts dès qu’on nous fait signe. C’est ça faire de la figuration pour un clip vidéo.

figuration-pour-un-clip-video

tournage-clip-video

 

Les retouches make-up sont fréquentes, faudrait pas être confondue avec un ver luisant^.

figuration-pour-un-clip-video

 

Puis le temps se gâte sérieusement. Le vent se lève, le ciel devient menaçant et le moment le plus long de la journée débute. On attend trente minutes puis on se précipite sur le court pour tourner une prise. Trop tard, la pluie tombe il faut vite se mettre à l’abri et protéger les tenues. Scoop : les gouttelettes sur les vêtements sont proscrites car visibles à l’écran grrrrr.

tournage-clip-video

 

Les vérifications de prises sont fréquentes, ce sont elles qui nous permettent d’avancer ou de recommencer (encore). Là, tu ne vois le champ que d’une seule scène mais nous en avons tournées six au total afin de produire trois clips différents. Tout cela en une seule journée.

figuration-pour-un-clip-video

 

On finit in extrémis la dernière scène au roof-top tandis qu’un rideau de pluie encercle Paris. La séquence s’annonce apocalyptique, les accessoires s’envolent, les cheveux aussi, le froid nous étreint, on est fatigués, on a juste envie d’en finir une bonne fois pour toutes. Et pourtant on recommence jusqu’à ce que la météo ne nous le permette plus. La journée s’achève, je rentre chez moi épuisée, ma smile team favorite aussi.

Après debriefing, il s’avère que nous avons tous passé le WE à nous en remettre. Autant te dire qu’à la réflexion : “vous avez bien dû vous éclater à tourner ! “, la réponse n’est pas vraiment oui. Certes, je suis contente d’avoir vécu cette expérience mais si c’était à refaire chaque semaine, ce serait no way. Le monde de la cinématographie ne me fait pas suffisamment fantasmer pour cela. Je crois qu’il faut vraiment être passionné pour aimer ce milieu.

Ce tournage de clip vidéo a beau nous avoir tous mis sur les rotules, on est plutôt contents du résultat^. Je te mets le lien de l’un des clips visible sur la chaîne Youtube d’ENGIE. Tu me diras ce que tu en penses ! PS : ne me cherche pas dans la voiture, je suis au volant^.

Et toi, as-tu déjà vécu une expérience similaire ? La mienne te donne-t-elle envie ?

 

*crédits photos : Olivier Vigerie

12 Replies to “Le jour où j’ai fait de la figuration pour un clip vidéo”

  1. Quelle star!
    J’avoue ça ne fait pas rêver même si une fois dans la vie ça doit être intéressant à faire. Histoire d’avoir une idée!
    Et puis c’était joli cet ensemble…
    Merci d’avoir partager avec nous les coulisses de ce clip Cécilia.
    Bises et bonne journée

    1. Oui l’expérience reste sympa quand même 😊 et c’est chouette de découvrir l’envers du décor !
      Des bises Marie.

  2. J’ai envie de dire “tout ça pour ça”… Une chouette et fatigante expérience… pour vingt secondes de pub, je comprends que tu n’ais pas d’envie de faire ça tous les week-ends. Tu as eu le droit de garder l’ensemble ? Y compris la marinière rose ? 😉
    Merci de nous avoir raconté tout ça !

    1. J’ai oublié de préciser que je l’ai fait sur mon temps de travail un vendredi 😉. Et oui j’ai tout gardé, y compris la marinière rosée 😆.

      1. En tout cas, vous vous débrouillez très bien. Vous êtes magnifique, cette tenue vous va très bien.

        1. Merci beaucoup Chloé, c’est très gentil à vous 🙂

      2. Si c’est sur le temps de travail, c’est différent. Cool pour les jolies marinières et jupes.

        1. Oui j’aurais vraiment dû le préciser dans mon article ! Et pour la marinière rosée, faut vraiment que j’essaie de rattraper le coup mais je ne sais pas comment. Peut-être avec du bicarbonate de soude ? A voir.

  3. tu es mon idole ! quelles classe, ça te va très bien ce petit ensemble.

    1. Ahah flatteuse va ! Allez je te signerai un autographe la prochaine fois qu’on se verra (d’ici 2023 ça me semble gérable non ?)

  4. Super expérience même si je suis effarée par la durée de la vidéo par rapport à tout ce que tu nous as décrit! Heureusement que tu l’as fait sur ton temps de travail! Tu as assuré en tout cas, je te trouve LUMINEUSE!

    1. Oh merci t’es trop gentille. Et oui c’est ça l’envers du décor et crois-moi que si tous ceux qui rêvent de baigner dans ce milieu le découvrait sous cet angle, ça les refroidirait direct je pense…

Laisser un commentaire