Et ne compter que sur soi-même…

compter-que-sur-soi-meme

Comme je dis souvent, j'ai la chance d'avoir une petite fille rarement malade. Elle a plutôt une bonne constitution et un patrimoine génétique qui lui fait rarement défaut. Et heureusement car ici, on ne peut compter que sur soi-même. Si beaucoup de parents ont sous la main des aïeux prompts à assurer la relève en cas de besoin, ce n'est pas mon cas. Pas de papy-mamie en mesure de nous sauver la mise. Cela nous aurait pourtant bien aidé la semaine passée...

La semaine du télé-travail

En l'espace de 5 jours, Louloutte a enchaîné une combo "fièvre carabinée (40°) + angine" et une combo "fièvre carabinée (40°) + otite". Entre les deux, seulement 48h de répit. Elle n'était bien entendu pas en mesure d'aller à l'école... Et c'est là que ça se corse pour les parents. Mister P. s'est cloîtré 2 jours à la maison pour jouer les garde-malades tout en télé-travaillant lorsqu'elle dormait. Quant à moi, j'ai manqué une journée de formation pour rester aux côtés de ma fille. On s'en est plutôt bien sorti mais je ne peux m'empêcher de penser aux parents qui galèrent au quotidien et plus précisément à elles : les mamans solos.

Big up aux mamans solos

Celles dont les enfants sont régulièrement souffrants. Celles dont les employeurs manquent parfois de compréhension. Celles pour qui les solutions ne se trouvent qu'au prix de longues batailles et de sacrifices. Celles qui déplacent des montagnes inlassablement. Ces mamans solos, je les entrevois sur les réseaux sociaux comme Instagram, et je constate qu'elles ne se plaignent jamais. Tel un voile posé sur la bouche, aucune lamentation n'en émane. A peine laissent-elles échapper un soupir comme si la plainte était un droit qu'elles s'interdisent. Il n'y a pourtant pas d'illégitimité à le faire. J'ai le sentiment que la société les bride, les colle dans une case et Dieu sait qu'il est difficile d'en sortir. Alors toi la maman solo qui me lit, toi qui ne peut compter que sur toi-même, sache que tu as toute mon estime et ma considération. Big up à toi et à la femme incroyable que tu es !

compter-que-sur-soi-meme

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

26 Replies to “Et ne compter que sur soi-même…”

  1. Oui c’est pas facile quand il n’y a pas de relève!
    Parfois en avoir ce n’est pas toujours aisé non plus à gérer…
    Contente que ta puce aille mieux
    Et pour ce qui est des mamans solo, je crois qu’on se refuse trop souvent le droit de craquer, parce qu’on se dit qu’on ne peut pas se le permettre. Il n’y a que nous, alors il faut tenir!
    Grosses bises Cécilia.

    1. Etre aidée par des proches, c’est le risque en effet d’être un peu “envahie”. La frontière peut parfois s’avérer poreuse… Pas toujours facile de trouver le juste milieu.
      Des bises à toi Marie !

  2. C’est sur que ce n’est pas une situation facile à gérer et plus on est nombreux à pouvoir se relayer auprès de l’enfant malade, mieux c’est pour les employeurs respectifs… Et comme tu le dis si justement, je tire aussi mon chapeau aux parents isolés qui ne peuvent compter que sur eux-mêmes…
    A bientôt 🙂

    1. C’est l’idéal en effet 🙂
      A bientôt !

  3. Effectivement, quel énergie d’être un parent solo ! Avec mon compagnon, nous avons songé à changer de région (nous habitons à 1h30 de chez nos parents) puis à 27 ans, on s’est dit qu’ils seraient bien pratique en cas de coup dur ou de vacances (#futursparentsingrats) ! Grosse pensée pour tes loulous ! Bon rétablissement !

    Line de https://la-parenthese-psy.com/

    1. Merci pour elle (je n’en ai qu’une^^)

  4. je n’ai pas encore eu à gérer une phase comme ca. Nos parents travaillent donc nous n’avons pas non plus de plan B. Heureusement je change de travail et j’aurai des jours de RTT et des jours enfant malade. je pense qu’ils seront bien précieux

    1. Cela va te changer la vie en tant que maman ! 🙂

  5. Une pensée que j’ai souvent, les mamans solo sont vraiment des guerrières! Ici non plus, pas de grands-parents proches et ce n’est pas toujours simple à gérer quand on rencontre des difficultés.

    1. On apprend à faire sans et c’est encore plus vrai pour les mamans solos 🙁

  6. Idem pour moi, ma mère est loin, et ma belle-mère qui passe parfois sur Paris a la fiabilité d’une gamine : elle ne garde mes enfants que quand cela l’amuse, et surtout pas quand j’en ai besoin. Mais tout compte fait, je préfère ne compter que sur moi et ne rien lui devoir. Mais j’ai bien conscience de la chance que j’ai que mon boss me laisse m’organiser comme je veux, c’est hyper précieux !

    1. Entre ton boss et ta belle-mère, il semblerait que tu aies fait ton choix lol

  7. Ces femmes sont vraiment des héroïnes. Je pense aussi aux conjointes de militaires qui vivent ça au quotidien avec en plus la peur au ventre de ne pas revoir leur mari. Nous sommes isolés géographiquement, mais finalement, en comptant uniquement sur nous mêmes nous sommes plus libres. Nous faisons exactement comme nous le souhaitons, et au moins nous n’avons pas de critiques. Enfin si, surtout de la crèche, de l’école etc.

    1. Je reconnais que l’absence d’aide évite bien des conflits… Et tu as raison de penser aussi aux épouses de militaires ; le quotidien ne doit pas être simple tous les jours !

  8. j’espère que votre louloutte va mieux. J’ai pris en cinq ans 2 jours d’enfant malade, la plupart du temps on s’organise avec ma belle mère.

    1. Elle va beaucoup mieux, je te remercie 🙂
      C’est top d’avoir une mamie pouvant aider en cas de besoin !

  9. Complètement d’accord ! Ici depuis qu’on est 4, je compte les semaines “sans” (sans malade, sans grève, sans problème…)
    On arrive à se débrouiller mais uniquement parce que j’ai pris un parental et que je bosse maintenant de la maison, ce qui me laisse plus de souplesse. J’y pense de temps en temps, je ne vois pas comment je pourrais me débrouiller seule. Mais certaines y arrivent, je leur tire mon chapeau !

    1. Je pense aussi que le niveau de “débrouillardise” dépend grandement des circonstances (maladie, grève…). Dans mon “malheur”, j’ai eu beaucoup de chance jusqu’à présent…

  10. Pas maman solo mais maman de militaire/rugbyman, je me retrouve souvent seule à dévoir tout gérer, avec comme toi aucune possibilité de déléguer (par exemple ce week-end je vais devoir partir en reportage avec mes loulous sous le bras, et dimanche les grands devront rester seuls à la maison pendant que je bosse).
    Et dans ces moments-là je pense fort à celles qui ne peuvent pas dire qu’elles se “retrouvent” seules, elles SONT seules.

    1. Tu as un sacré rythme de maman toi aussi !

  11. Ah oui, les mamans solos ont bien du mérite…
    Déjà que ce n’est pas facile pour nous…
    Je ne vois même pas comment c’est possible d’élever son (ses) enfant(s) 100% seule, sans aucune aide extérieure, même ponctuelle

    1. Je pense ces mamans solos existent malheureusement…

  12. J’y pense tellement souvent à ces parents solo… J’ai la chance d’avoir un employeur compréhensif donc je m’arrange facilement mais ce n’est pas le cas de Monsieur Bob… Et j’avoue que parfois, j’en ai un peu marre que tout retombe sur moi tout le temps… Et pourtant, ça doit être bien plus compliqué à gérer chez les parents solo qui n’ont personne pour les aider!
    Bravo à eux!

    1. Ce n’est vraiment pas simple quand on est seul.e.s à porter à bout de bras la famille. Big up aux parents solos !

  13. Merci de penser aux mamans solo !
    Ce n’est effectivement pas facile tous les jours, mais on s’accroche. 🙂

    1. Bravo à toi ; je t’envoie des brassées de courage !

Laisser un commentaire