C’est là où je m’emmènerais…

là où je m'emmènerais

Là où je m'emmènerais... un programme qui sonne comme un avant goût de voyages, n'est-ce pas ? Sauf que là, je ne parle pas de pérégrinations au-delà des frontières comme je l'avais écrit dans cet article. Il s'agit en réalité d'endroits en France où je me verrais bien vivre. Là où j'emménagerais avec enthousiasme car je serais sûre de m'y plaire. Ce n'est pas que je me lasse de Paris car j'apprécie toujours autant la capitale. En revanche, j'avoue être à saturation de la vie en appartement et je rêve de maison, de jardin, de liberté, d'espace quoi. Mais puisque ce n'est pas possible à Paris, alors je me plais à m'imaginer vivre ailleurs.

Nous sommes nombreux je pense, à penser délocalisation et nouveau départ mais combien osent ? Il faut dire que derrière ces mots se dissimulent souvent une part de rêve mélangé à de la crainte. C'est ainsi que l'imaginaire travaille pour nous fournir l'enivrement si caractéristique aux premières fois.

Là où je m'emmènerais

Je me connais et sais que je ne pourrais pas vivre n'importe où, du moins pas sur du long terme. Si je suis capable de m'adapter facilement, j'ai tout de même certains critères qui me semblent non négociables car trop importants à mes yeux. En premier, il y a :

- L'emplacement. Vous l'aurez compris, je n'irai pas vivre à la montagne. Comme je vous le narrais dans cet article, la neige et moi, on n'est pas copines pour deux sous. A contrario, moi qui suis née au bord de l'océan, j'aimerais retrouver cet élément. Si je caresse l'idée de vivre dans une maison avec vue sur la mer, je reste on ne peut plus lucide quant à la probabilité que ce vœu s'exauce un jour. A défaut, j'aimerais à minima que mes retrouvailles avec les embruns ne soient qu'à une heure et demie max de chez moi. L'idée serait de pouvoir faire l'aller-retour dans la journée.

là où je m'emmènerais

là où je m'emmènerais

- Le climat. J'aime l'ensoleillement mais pas forcément la chaleur. Chaque été, j'ai une pensée pour les sudistes qui suffoquent sous le cagnard. Autant j'envie leurs hivers doux et leurs printemps précoces, autant je souffre de répulsion à l'idée de partager leurs canicules. Je trouve cela tellement épuisant pour les organismes...

- La food. Sans surprise, cet aspect compte beaucoup pour moi. J'ai la particularité d'être à la fois très gourmande tout en étant difficile (je suis donc chiante, vous pouvez le dire). Je n'envisage même pas de m'exiler dans un lieu dénué de crêpes, de beurre salé, de fromage et de poisson (sans la tête et la queue hein).

là où je m'emmènerais

Conclusion

Avec de pareils critères, mes choix de délocalisation se porteraient sur toute la côte ouest, du Finistère au Pays basque. Le choix est vaste me direz-vous alors pour être plus précise, j'aurais une préférence pour le Morbihan (pour ses paysages de dingue), et pour la Vendée et la Charente-Maritime (pour leur climat respectif). Voilà là où je m'emmènerais...

Et vous, avez-vous envie de déménager ? Si oui, où aimeriez-vous vous installer ?

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

26 Replies to “C’est là où je m’emmènerais…”

  1. vivre loin de l’océan ce n’est même pas possible !!!!
    mais je te déconseille quand même le finistère
    climat pourri, hiver bien trop pluvieux
    (tu te rappelles peut être je vis en LA, mais je suis originaire du finistère nord)
    d’accord avec toi la vie parisienne c’est bien mais à un moment il faut que ça s’arrête (on a vécu 5 ans à Paris et la vie n’était pas aussi folle que maintenant)

    1. Je te remercie pour ton conseil car il est vrai que je ne connais pas le Finistère 🙁

    2. Chester_and_the_kids dit : Répondre

      Au Pays Basque ou dans le Lot , sans hésitation !

      1. J’imagine que tu connais déjà pour être aussi sûre de ton choix 😉

  2. La Charente maritime pour moi ! J’ai vécu trois ans à Poitiers et j’ai vraiment beaucoup aimé cette région. La Rochelle serait idéale pour moi afin d’avoir quand même une ville dynamique tout en restant abordable. Sinon, j’aimerais tout simplement rentrer en France et vivre dans une moyenne ville à proximité d’une grande ville et pouvoir acheter une maison qui ne coûte pas un demi-million !
    Pour la Côte d’Azur, l’idéal est de faire comme les Niçois (qui le peuvent) : tu habites à Nice de septembre à mai et entre juin et août, tu loues ton appart à prix d’or aux touristes et tu vas dans ta petite maison dans l’arrière-pays où l’altitude te protège de la canicule tout en te garantissant une météo agréable et un cadre de vie superbe.

    1. Le bon plan des Niçois, c’est pour les retraités non ?
      Sinon, j’ai bien aimé La Rochelle aussi 🙂

      1. En effet, c’est ce que fait ma marraine (niçoise) depuis sa retraite et avant, comme elle était instit, elle le faisait en juillet et août.

        1. Elle ne doit pas être seule à faire cela 😉

  3. Un déménagement n’est pas en projet à l’heure actuelle mais je m’emmènerai bien vers La Rochelle ou Arcachon. L’appel de l’océan peut être ? 😉

    1. Comment y résister ? 😉

      1. On se retrouve toutes à La Rochelle alors ? ?

        1. A la terrasse du petit café qui fait l’angle du port 😉

  4. Je partage pas mal de tes préférences. Avec chéri on s’est toujours dit qu’on irait passer notre retraite du côté de Brest. Pas trop chaud ni trop froid à notre gout, pas blindé de touristes, une identité régionale forte et de la bonne nourriture 🙂

    1. Le bonne bouffe est garantie (et le pas trop chaud aussi lol) !

  5. Je suis ex nantaise, je passe mes vacances depuis toute petite en Vendée, je vis à Bordeaux et je suis mariée avec un basque donc on va régulièrement faire un tour là-bas. Par contre je connais mal la Bretagne, et j’aurai bien envie d’y remédier !
    Enfin tout ça pour dire que je connais bien certains des endroits que tu évoques, et que je te comprends complétement !! Cela dit, si j’ai une affection particulière pour la Vendée, ce n’est clairement pas pour son climat 😛 Trop de souvenirs de vacances en pull / ciré là-bas ! Par contre c’est vrai que dès qu’il fait beau, c’est top. Peut être qu’avec le réchauffement… (pardon)
    Sinon je suis clairement tombée amoureuse du bassin et de la côté basque ! Fais signe si tu dois venir dans le coin un de ces quatre !!

    1. Ahah c’est marrant car j’ai une vision assez optimiste du climat vendéen, vraisemblablement à tort. De mémoire, il y avait toujours 1 ou 2 degrés de plus qu’en Loire-Atlantique, ce qui était toujours ça de pris ! #JeMeContenteDePeu
      Bien sûr que je tiens au courant si je passe dans ton coin ! Pareil pour toi si tu reviens à Paname 😉

  6. Pour moi ce serait la Camargue ! Sans hésiter… Peut-être un jour… Nous laissons murir l’idée 🙂

    1. Je ne connais pas du tout !

  7. tu le sais je vis dans un endroit que j’adore donc pour le moment, je suis bien ici. J’ai vécu en corse et j’ai plaisir à y retourner régulièrement.

    1. Et toi, tu sais à quel point tes photos et vidéos me font rêver 😉

  8. Je ne sais pas. Je dirais où le coeur me porte. Mais clairement près de la mer, c’est ce qui me manque le plus Cécilia!
    Grosses bises et belle journée ensoleillée

    1. Je ne doutais pas de ta réponse Marie 😉
      Plein de bises à toi aussi !

  9. J’aime beaucoup ces photos de carrelet de CHarente Maritime. Là où je m’emmène pour les vacances 😉

    1. Cette photo n’a pas été prise en Charente-Maritime mais à Pornic, en Loire-Atlantique 😉

  10. Je suis comme toi, je n’aime pas la chaleur mais ne suis pas fan de la grisaille non plus. Pays Basque, Bordelais (quoique, y’a de sacrées canicules aussi là-bas), Angers, Senlis sont aussi des patelins qui m’attirent. Me demande pas pourquoi, j’en sais rien moi-même ?

    1. Senlis, alors là, tu m’as posée une sacrée colle. J’en avais certes, déjà entendu parler, mais j’ai dû faire appel à Google Map pour situer l’endroit lol

Laisser un commentaire